Quel divorce choisir ?

Quand un couple souhaite se séparer, que ce soit sur l'initiative de l'un ou des deux époux, la question du type de procédure à engager est l'une des premières difficultés à se présenter. Alors quel divorce choisir ? En 2019, 4 types de divorces différents coexistent en France : 1 divorce à l'amiable et 3 divorces contentieux. Nous vous proposons d'y voir plus clair.

L'épreuve du divorce

Une situation difficile

Coup de massue ou nouveau départ, divorcer est toujours une étape marquante dans une vie. D'autant que le processus du divorce, avant qu'il ne soit officiellement prononcé, est une succession d'étapes déstabilisantes, frustrantes et fastidieuses. Il est important d'être entouré dès la décision du passage à l'acte, quels que soient les sentiments qu'on éprouve à ce moment-là.

Un accompagnement humain et juridique

Psychologiquement et humainement, les amis, la famille, la relaxation ou les professionnels de santé peuvent éviter de faire des erreurs ou de sombrer dans une longue période de malaise. Une aide sera toujours précieuse pour arriver en forme au bout de ce marathon judiciaire et émotionnel et garder à l'esprit, avec force, qu'une nouvelle vie attend les époux à l'issue du chemin.

Administrativement, les associations ou les professionnels du droit sont disponibles tout au long du processus de divorce pour apporter des conseils et anticiper, là aussi, des erreurs. On oublie souvent, par exemple, que le métier d'avocat est une activité de défense, mais aussi de conseil et d'assistance. Un avocat peut aider son client à choisir le type de divorce qui correspond à son cas, toujours particulier.

A chaque cas sa procédure de divorce

Les effets du divorce au centre du contentieux

Selon la situation dans laquelle se trouvent les époux, les possibilités de divorce sont différentes. Cette situation défini quel divorce choisir. Elle dépend soit des comportements imputés au conjoint, soit des attentes des parties sur les effets du divorce : pension alimentaire, prestation compensatoire, biens immobiliers ou modalités de garde.

S'ils ne sont pas en conflit sur les conséquences du divorce, les époux choisiront le divorce amiable. S'ils ne sont pas en accord sur celles-ci, ils opteront pour l'acceptation du principe de la rupture du mariage qui laissera au juge le soin de trancher. Le divorce pour abandon du domicile conjugal implique que les époux vivent séparément depuis 2 ans.

Dans le cas du divorce pour faute, l'un des époux accuse son conjoint d'une violation grave ou renouvelée des obligations liées au mariage et considère, à ce titre, le maintien de la vie commune rigoureusement impossible.